Psychologie de l’enfant : le rôle des jeux d’enfants !

Le jeu est indispensable pour le bon développement du langage, de l’apprentissage et de la mémoire des tout-petits. Il a toujours été privilégié par les pédagogues, depuis Platon qui prônait les jeux éducatifs pour les jeunes enfants. Mais le jeu ne doit pas être toujours exploité pour apprendre parce le plaisir risque de disparaitre si le jeu d’enfant revêt la forme d’un exercice et l’enfant a aussi besoin de jouer pour se divertir.

Le jeu est indispensable pour les enfants. L’homme n’est complet que quand il joue selon Schiller. Le jeu est un élément inhérent à l’épanouissement psychologique des individus. D’ailleurs, plusieurs psychologues se sont basés sur le jeu pour effectuer leurs recherches psychologiques (un grand nombre de tests ne sont que des jeux). Ainsi moult méthodes thérapeutiques fondées sur le jeu sont conçues pour soigner les enfants caractériels telles que la « psycho-rythmique » ou le psychodrame.

Les parents sont censés laisser leur enfant utiliser toutes l’activité qu’il veut pour donner libre cours à sa créativité telles que : dessin, peinture, pâte à modeler, danse, sport, collage, jeux d’eau… Mais choisir ne signifie pas s’éclipser. Les parents doivent à contrario prendre le devant de la scène, sans être pour autant imposants ou autoritaires, par exemple par le choix du cadre où l’enfant peut s’exprimer en toute liberté, sans risque d’abîmer les tapis, les bibelots, les tissus… Il est éventuellement possible de lui acheter une grande toile cirée à poser par terre pour protéger le sol de la peinture ou de la pâte à sel et l’installer dans la cuisine. Cela est favorable pour la créativité selon les études de la psychologie de l’enfant.

Il ne faut surtout pas juger la qualité des productions de votre enfant. Bien au contraire, il convient de les mettre en valeur. Ce serait bien par exemple de les placer en tant qu’objet de déco dans les pièces de la maison (dans la cuisine, ou chambre des enfants). Ce petit geste l’encouragera davantage et aiguisera son sens d’inventivité.

Avant un an, le bébé joue donc avec de gros cubes ce qui est un jeu de construction. La manipulation se fait jusqu’à 2 ans et demi. Le jeu pour un enfant lui permet d’apprendre, de développer son imagination et d’échanger avec les autres. Pour les plus petits il fait office d’une expérimentation et une découverte de l’univers qui les entoure surtout à partir du moment où il commence à pouvoir empiler des cubes gigognes. Ensuite, il sera capable de les empiler pour obtenir une pyramide. L’enfant peut y passer du temps. Mais dès qu’il aura compris la technique, il pourra passer à une autre phase.

A 3 ans, les enfants ont besoin des jeux symboliques comme les déguisements afin de se mettre dans la peau des personnages qu’ils choisissent souvent : princesse, maman, maîtresse, guerrier… parce qu’ils vivent une période d’imitation.

A partir de 4 ans, ils commencent à se détacher du personnage et commencent à se servir des jouets comme les babies, les marionnettes… Mais avec les jeux de société ils apprennent à communiquer et à perdre.

Les jeux pédagogiques sont par ailleurs favorables pour l’apprentissage car ils permettent à l’apprenant de mobiliser ses pré-requis et se mettre dans des situations d’évaluation par les enseignants.

 En conclusion, le jeu est l’activité la plus naturelle chez l’enfant. Cependant,  les parents doivent le superviser de près ou de loin et détecter si leurs fils fait preuve d’une hyperactivité et pour résoudre le problème dès le début.