Séparation et enfants : comment y faire face ?

Perte. C’est le mot qui convient le mieux au fils qui est témoin de la séparation de ses parents. Et quel que soit son âge, l’enfant doit apprendre à gérer correctement les pertes, en étant capable d’éprouver des frustrations. Tout cela est un pilier important dans la construction d’un équilibre émotionnel, disent les psychologues. La séparation des parents est un sujet auquel aucun enfant ne peut penser tant qu’il n’a pas à la traverser. Cependant, c’est une décision saine s’il existe déjà de l’hostilité et de l’agressivité entre le couple. Rien n’est plus nuisible à la santé physique et mentale d’un enfant que de vivre dans un environnement familial malheureux et conflictuel.

La réaction des enfants n’est pas du tout prévisible. Cela dépendra d’un certain nombre de facteurs tels que l’âge, la structure et la maturité psychologique pour faire face à la situation, la relation avec les parents, le soutien familial, entre autres. Certains enfants comprennent déjà que la séparation des parents est le meilleur moyen d’assurer une coexistence plus digne. D’autres présentent de l’agressivité, des symptômes dépressifs, de la tristesse, une baisse des résultats scolaires, un manque d’appétit, de l’isolement, des crises de colère et de l’anxiété. La façon dont les parents eux-mêmes envisagent le processus influencera l’attitude de leurs enfants face à la séparation.

Que dire à vos enfants au sujet de votre séparation ou de votre divorce ? 

Prévoyez comment annoncer la nouvelle à votre enfant. Si c’est possible, il est préférable de le faire ensemble. Choisissez le lieu et le moment pour en parler. Soyez honnête, mais tenez compte de l’âge de votre enfant lorsque vous décidez ce que vous lui dévoilerez. Les enfants plus jeunes ont besoin d’information moins détaillée. Les enfants plus âgés peuvent demander à en savoir davantage. Rassurez votre enfant en lui disant que vous l’aimez toujours et que vous continuerez tous les deux à vous occuper de lui. Dites-lui qu’il aura de nombreuses occasions de passer du temps avec ses deux parents. Établissez très clairement que votre enfant n’est pas responsable de la séparation. Les jeunes enfants, en particulier, craignent d’être responsables de la séparation ou du divorce. Expliquez-lui que c’est un problème d’adultes et qu’il n’aurait rien pu faire pour l’éviter. Il aura peut-être aussi besoin de savoir que ni lui ni personne ne peut vous faire revenir sur votre décision.

Aidez-le à comprendre que le divorce est définitif. Encouragez votre enfant à parler ouvertement de ses sentiments. Lorsque votre enfant parle, écoutez-le attentivement et tâchez de ne pas l’interrompre. Il est normal qu’il éprouve de la difficulté à exprimer ses sentiments, alors soyez patient. Ce peut être difficile, mais il est important de le laisser exprimer ses peurs et ses inquiétudes en toute honnêteté. Répondez à ses questions le plus honnêtement possible. Si votre enfant se sent gêné de se confier à vous, aidez-le à trouver quelqu’un en qui il a confiance, comme un autre membre de la famille, un médecin, un psychologue ou un travailleur social. Dites à votre enfant seulement ce qu’il a besoin de savoir. Ne discutez pas de décisions d’adultes et ne vous chicanez pas devant votre enfant. Les enfants ne devraient pas participer aux rencontres avec les avocats ou avec les autres personnes qui participent à la procédure de séparation ou de divorce.

Par où commencer ?

Pour que le processus soit moins traumatisant pour l’enfant ou l’adolescent, il faut tout d’abord que la nouvelle de la séparation soit donnée par les parents et non par des tiers. Une réunion doit être organisée, de préférence au domicile familial, avec les parents et tous les enfants afin qu’il n’y ait aucune différence dans la réception des nouvelles. Et pas de précipitation : avoir le temps de parler et d’écouter, sans être interrompu par d’autres personnes.

Toujours dire la vérité

Le parti pris de la conversation est la vérité : papa et maman ne souhaitent plus vivre ensemble. Cependant, ils continueront à être père et mère. Il est important que l’enfant comprenne que dans la relation entre lui et son père ou entre lui et sa mère, rien ne changera : la coexistence continuera et l’amour aussi. Dans certains cas, les enfants mettent un peu plus de temps à comprendre que malgré la dissolution du mariage, l’homme et la femme continueront à jouer les rôles de père et de mère. Une autre question fondamentale est de répondre, dans un langage franc et compréhensible, à toutes les questions posées par l’enfant. Cela lui donnera plus de sécurité pour passer à travers les difficultés imposées par la séparation.

Personne n’est à blâmer

Blâmer l’autre ou dire du mal ne mène à rien. Évitez de détailler les épisodes de disputes et de malentendus entre le couple. Il faut également lui faire comprendre que la séparation n’a pas eu lieu en raison de sa responsabilité. Parlez beaucoup et expliquez que la décision prise est définitive. Cela réduira les chances de l’enfant de fantasmer sur une éventuelle réconciliation.

Préparer l’avenir

Il est bon de préparer l’enfant ou l’adolescent à un nouveau contexte familial. Cela signifie des changements dans la routine quotidienne, des changements le week-end et, plus tard, d’éventuelles nouvelles familles, y compris de nouveaux frères et sœurs.

Jamais, jamais

Quelles que soient les perspectives après la séparation, les parents ne doivent pas adopter une attitude passive. La compensation de la mauvaise période ou l’absence de règles et de limites rend l’enfant émotionnellement malade. Acheter un cadeau tous les jours ou laisser votre enfant faire ce qu’il veut ne l’aidera pas à avancer dans la bonne direction. En cas de difficultés, l’aide d’un psychologue peut s’avérer très précieuse pendant cette période, tant pour les parents qui savent quoi faire que pour leurs enfants qui bénéficient d’un soutien émotionnel adéquat pour exposer leurs sentiments par le biais d’une thérapie.

Être attentif aux réactions de son enfant

Ce qu’éprouve l’enfant ne se voit pas toujours. Si certains enfants réagissent très fort à l’annonce de la séparation de leurs parents (physiquement et verbalement), d’autres ne manifestent pas leur réaction de façon explicite. “Elle n’a pas réagi, relatent les parents, interloqués. On s’est même demandé si elle avait entendu.” C’est “comme si de rien n’était” du moins en surface. Mais le corps a d’autres langages. Il y a des enfants qui ont des symptômes : cauchemars fréquents, retour du pipi au lit, difficulté de se séparer au moment d’entrer dans la classe ou d’aller chez la nounou. Ces troubles peuvent être des échos de la relation entre les parents. L’enfant peut également réagir avec un décalage dans le temps. Deux ans après la séparation de ses parents, une fille s’est mise à faire des reproches très durs à sa mère.