Pourquoi la communication non verbale est-elle importante ?

La communication non verbale est définie comme la partie de l’interaction n’ayant pas un lien direct avec la parole. Elle est plutôt caractérisée par des gestes, des postures, des micro-expressions faciales, l’orientation du corps, le ton et le rythme de la voix, le regard.

En effet, nous avons tendance à penser que le code principal de la communication humaine est le langage parlé ou écrit, mais nous oublions souvent le langage corporel.

Un petit exemple : si nous bâillons pendant que quelqu’un parle, l’interlocuteur percevra du désintérêt et de l’ennui, même si le bâillement est dicté par la fatigue. Ou, si nous répondons sur un ton agressif parce que nous sommes tendus par quelque chose qui n’a rien à voir avec la personne avec laquelle nous communiquons, il est évident que notre interlocuteur se sentira attaqué et réagira en conséquence.

L’homme utilise non seulement le canal verbal pour communiquer mais aussi toute une série d’autres “outils” à sa disposition, mais dont il n’a souvent pas conscience.

Le visage et la voix laissent transparaître les émotions, donnant vie à des expressions immédiates, souvent instinctives et involontaires.

Ainsi, il est bon d’apprendre à se percevoir, à s’écouter et à contrôler les réactions de son corps lorsque l’on communique avec les autres. En même temps, il est nécessaire de pouvoir saisir assez rapidement le retour d’information de la communication, c’est-à-dire d’observer l’auditeur et de comprendre comment il réagit.

Par exemple, un enseignant qui constate une expression de désorientation sur le visage de ses élèves, doit répéter son explication voire la reformuler. Mais s’il remarque un intérêt et voit des élèves hocher la tête, il s’apercevra que la communication est efficace et qu’il peut donc continuer de la même manière.

Comprendre les modalités de communication non verbale de nos interlocuteurs et percevoir en même temps les nôtres est fondamental pour obtenir et établir des communications efficaces et claires, qui nous permettront également une plus grande maîtrise et confiance en nous-mêmes.

Le regard

On dit souvent que le regard est le miroir de l’âme. Il se révèle comme étant un moyen fondamental d’établir des relations et de manifester un comportement : les enfants, par exemple, croient qu’ils ne sont pas vus s’ils ferment leurs yeux, leur vision est un acte pour se montrer aux autres. Même chez les adultes, regarder une personne est considéré comme un signe d’intérêt et même lorsque cela se produit de manière totalement aléatoire, cela indique une volonté d’interagir, alors que détourner le regard montre que vous voulez rejeter la relation.

Le contact visuel est également un signal lié à l’intimité et à l’activation physiologique. En fait, un regard persistant sur une personne qui ne rend pas cette attention, devient désagréable.

Le contact visuel entre deux personnes agit donc comme un régulateur de la conversation : l’orateur observe les yeux de son interlocuteur pour avoir la confirmation d’être écouté ou compris, quand cela n’arrive pas, il ressent un fort malaise et de l’embarras car il n’est plus sûr du retour qu’il reçoit de l’auditeur. Dans une conversation, le contact visuel agit comme un amplificateur de nos mots : si vous voulez ajouter de l’emphase et de la signification à ce que vous dites, il est bon de maintenir un bon contact visuel avec la personne à qui vous parlez.

La personnalité des individus affecte également la qualité et la quantité des regards ; en général, les personnes extraverties ont un regard plus marqué parce qu’elles n’ont pas peur de se “montrer” aux autres, tandis que les personnes introverties ont tendance à éviter le contact visuel.

En plus du contact visuel, la position des yeux est l’une des variables les plus importantes à garder à l’esprit dans les relations interpersonnelles : un regard vers le haut à droite dénote la construction d’une image visuelle. Si elle est utilisée à la suite d’une question, il pourrait s’agir d’un mensonge car le sujet construit et pense à de nouvelles images et de nouveaux concepts. Au contraire, un regard vers le haut à gauche est caractéristique de ceux qui accèdent aux souvenirs d’une image.

Celui qui regarde vers la droite, élabore de nouvelles sensations corporelles liées au toucher, au goût et à l’odorat, tandis que le regard vers la gauche serait révélateur d’un dialogue intérieur ; par exemple, si pendant que nous parlons et exprimons notre opinion, l’autre porte ses yeux dans cette direction, il est très probable qu’il y pense de manière authentique.

“Celui qui a des yeux pour voir et des oreilles pour comprendre est convaincu qu’il n’est pas possible de cacher un secret aux mortels. Celui qui est silencieux avec ses lèvres, bavarde du bout des doigts, se trahit par tous les pores.”- Freud