Les parents toxiques et l’impact sur la santé mentale de leurs progénitures

Dans certains cas, la famille peut représenter un environnement toxique, ce qui ne fait qu’engendrer de la souffrance. Souvent, ces parents ont un effet négatif sur la santé mentale de leurs enfants ; il existe des dynamiques par lesquelles les enfants sont exposés dès leur plus jeune âge à des situations de stress, de détresse, d’humiliation ou de vulnérabilité. Ce sont des situations difficiles, dont le poids peut se faire sentir même à l’âge adulte. Presque personne ne sait vraiment ce qui peut se passer à la maison. Trop souvent, une maison, avec ses portes fermées et ses fenêtres grillagées, peut devenir le cadre idéal pour une situation terrible. Une situation dans laquelle les mères, les pères ou d’autres membres de la famille créent des tragédies silencieuses qui passent inaperçues dans le reste de la société. Dans de tels cas, l’influence des parents sur la santé mentale de leurs enfants est loin d’être positive. Le fort impact d’une enfance malheureuse, et les dommages psychologiques qui en résultent, peuvent durer dans le temps. C’est-à-dire que les conséquences des traumatismes générés par le manque d’affection, les abus, la violence physique ou psychologique ou tout autre facteur pouvant nuire au développement psycho-émotionnel de l’enfant ne se limitent pas à l’enfance. Elles vont plus loin, elles affectent la santé mentale de l’enfant et vont même jusqu’à altérer le développement de son cerveau. Dans certains cas, ces traumatismes peuvent également entraîner le développement de troubles psychologiques qui, à leur tour, affecteront l’éducation.

Lorsque les parents nuisent à la santé mentale de leurs enfants

Les parents affectent la santé mentale de leurs enfants, ce n’est pas quelque chose que l’on peut discuter. Grandir dans un environnement familial riche en émotions, stable, qui favorise la sécurité et l’estime de soi et permet de devenir un adulte doté d’excellentes compétences psychologiques. Au contraire, un style éducatif déficient peut entraîner un “tissu psychologique” sérieusement compromis. Vous savez aujourd’hui que la cause principale des problèmes psychologiques et comportementaux des plus jeunes enfants réside dans l’environnement familial et les dynamiques qui s’y produisent. Même une simple fessée pourrait avoir de graves conséquences. Tout geste, parole ou comportement implicitement ou manifestement violent laisse des traces, modifie le comportement de l’enfant, mais surtout, quelque chose de beaucoup plus grave, reste à jamais gravé dans son esprit. Les enfants élevés dans des environnements où des stratégies éducatives néfastes sont utilisées, mais considérées comme valables par leurs parents (fessée, réprimande agressive, éducation trop sévère, etc.) ont des traits communs : Cependant, ces dynamiques ont un impact différent selon les individus. Certaines personnes peuvent supporter le fardeau de ce sombre chapitre de leur vie. D’autres sont plus vulnérables, leur santé mentale en souffre donc beaucoup.

Les situations de stress permanent

Lorsque l’enfant vit dans un contexte instable, sans l’affection d’une figure de référence, il se sent en insécurité, mais surtout il ne se sent pas aimé, donc il éprouve un sentiment de stress. Au départ, il s’agit d’un trouble de stress aigu, mais avec le temps, il se transforme en un état de stress latent, plus incisif et plus durable. Le stress chronique peut même altérer les fonctions cérébrales et avoir un impact négatif sur l’attention et la mémoire et peut même entraîner une hyperactivité ou causer diverses difficultés dans la gestion des émotions.

Relations de codépendance

Le fait de souffrir d’une carence émotionnelle dès le plus jeune âge conduit à rechercher des relations solides qui permettent de se sentir en sécurité et de se réjouir. Cependant, la peur constante de perdre ces liens conduit la personne à développer une véritable obsession et à se “jeter” dans des relations basées sur la co-dépendance.

Une angoisse et une impuissance constantes

Grandir sans la sécurité d’une famille aimante, un environnement stimulant pour définir une identité forte, favorise le développement de troubles psychologiques pendant la croissance. Il y a un manque d’estime de soi, mais surtout un manque d’espoir. Dans de telles situations, il est assez courant de connaître un état de pessimisme et d’angoisse chronique, typique de ceux qui souffrent d’une déficience émotionnelle. De même, il n’est pas rare que des enfants élevés dans un environnement négatif manifestent une sorte d’impuissance apprise. Ils sont convaincus qu’ils ne peuvent rien faire pour changer ce qui n’est pas à leur goût. Ces personnes ont donc le sentiment qu’elles n’ont aucun pouvoir sur leur vie.

Mécanismes psychologiques pour cacher un passé traumatisant

L’esprit humain est fascinant. Souvent, notre cerveau ne peut supporter le poids d’un traumatisme et utilise certains mécanismes psychologiques qui lui permettent d’avancer et d’affronter la vie quotidienne sans que les ombres du passé n’obscurcissent le présent. Ce faisant, elle encourage toutefois le développement de troubles psychologiques. Parmi les plus courants, on trouve les troubles dissociatifs, une sorte de perception altérée de son identité, de sa mémoire et de son environnement. Il s’agit d’un effet assez courant du stress post-traumatique qui, comme nous l’avons déjà mentionné, est déclenché par un événement traumatisant. Les parents ont le pouvoir d’influencer la santé mentale de leurs enfants de nombreuses façons. Pour sortir de ce cercle vicieux, le temps ne suffit pas. Il faut avoir du courage, trouver la force de se tourner vers une figure professionnelle spécialisée qui peut nous soutenir afin que nous puissions reprendre possession de notre vie et créer une réalité plus vivable, plus digne et plus satisfaisante.