La schizophrénie infantile : un défi du présent pour l’avenir

La schizophrénie est un trouble qui ne se manifeste pratiquement jamais dans l’enfance. Cependant, dans certains cas, malheureusement, elle peut aussi se produire chez les enfants. La schizophrénie infantile existe et, comme les adultes, les enfants souffrent aussi d’hallucinations et de visions, qui peuvent être confondues avec les classiques choses enfantines ou amis imaginaires. Comme pour les adultes, une intervention précoce peut grandement améliorer le pronostic. Il est donc judicieux d’explorer les particularités de la schizophrénie infantile. Un diagnostic précoce, toujours établi par un spécialiste, peut grandement atténuer l’impact de ce trouble sur la vie de l’enfant. Pour cela, il faut lancer une véritable course contre la montre.

Quelles sont les causes de la schizophrénie infantile ?

Comme pour beaucoup d’autres maladies, dans la schizophrénie infantile, la constitution génétique de l’enfant a un poids important, et donc les chances de son apparition sont plus grandes s’il y a dans la famille des personnes qui souffrent ou ont souffert de la maladie. Des études ont également établi une relation entre la schizophrénie infantile et les antécédents familiaux de troubles anxieux ou de TDAH. Toutefois, il existe d’autres circonstances auxquelles ce trouble peut être associé. Par exemple, s’il y a eu des complications lors de l’accouchement qui ont entraîné un développement neurologique anormal. Le flux d’oxygène vers le cerveau du bébé joue également un rôle clé s’il y a eu un moment où il a diminué ou s’est complètement arrêté. Le fait de savoir cela peut éclairer le développement de la maladie. Comment savoir si un enfant est atteint de ce trouble ? Tout d’abord, il faut observer s’il pense entendre des voix qui, en général, sont négatives ou désagréables. De même, s’il pense voir des choses, comme des personnes, des objets ou des couleurs qui ne sont pas réellement là. Il est important de prêter une attention particulière à tous ces éléments, car les parents peuvent échanger ces sonnettes d’alarme contre des “amis imaginaires” classiques. En tout état de cause, le dernier mot sur le diagnostic revient toujours à un spécialiste.

Évolution et perspectives d’amélioration de la schizophrénie infantile

Comme nous l’avons mentionné au début, la schizophrénie infantile ne présente pas de perspectives très encourageantes. En effet, plus tôt ce trouble se manifeste, plus il aura d’impact sur la vie de la personne concernée et plus il l’affectera. Dans ce cas, l’enfant. C’est précisément lorsque vous êtes enfant que vous commencez à parler, à marcher et à développer vos capacités motrices. Si vous souffrez de schizophrénie infantile, tout cela sera modifié. Les enfants feront des grimaces et adopteront des postures étranges, ils auront peut-être du mal à se socialiser et il leur sera très difficile d’exprimer leurs idées de manière cohérente. Ce trouble peut donc affecter négativement l’évolution d’autres processus tels que le langage, les capacités motrices et la socialisation. Les enfants atteints de schizophrénie infantile auront beaucoup plus de mal à s’exprimer naturellement ou feront ou parler des choses étranges, même avec l’esprit ouvert et imaginatif typique des enfants de leur âge.

Comment la psychologie peut-elle traiter un tel problème ?

Tout d’abord, nous allons essayer de freiner l’aggravation du trouble avec un traitement pharmacologique qui équilibre l’enfant et contient les symptômes. Le traitement permettra également au psychologue de travailler avec l’enfant dans de meilleures conditions, puisque, en maîtrisant les symptômes, l’enfant fera preuve d’une attitude plus réceptive. Une fois le traitement pharmacologique établi, il est important d’effectuer un travail approfondi pour apprendre à l’enfant à discerner entre ce qui fait partie des hallucinations et ce qui est réel. Un travail sera également effectué sur les aspects moteurs et linguistiques afin de réduire au maximum le retard, s’il existe. De même, l’interaction sociale ne peut être négligée. L’enfant souffrant de schizophrénie infantile doit acquérir les outils nécessaires pour se socialiser avec d’autres enfants de son âge. À cette fin, les parents doivent également mettre en place un parcours leur permettant d’apprendre les réactions les plus positives à certaines situations que l’enfant peut créer en raison de son trouble. En ce sens, il est très important de mener un travail de sensibilisation, en tenant compte du contexte social dans lequel l’enfant va évoluer. Un diagnostic précoce est extrêmement important, en particulier pour les enfants. Si nous laissons les symptômes s’aggraver et que nous allons ensuite voir un professionnel pour savoir ce qui se passe, l’aggravation sera beaucoup plus importante et les attentes d’amélioration seront considérablement réduites. Nous ne devrions pas considérer cela comme des choses enfantines, car le temps pourrait nous donner tort en révélant que c’était un signal clair d’alarme pour un problème grave.