Intimidation et harcèlement scolaire : les signes qui ne trompent pas

Dans son âge scolaire, un enfant risque de présenter des formes de mutisme à cause d’ un harcèlement. En ce sens, afin de s’assurer que la victime ne révèle pas les faits, les brimades sont utilisées pour la menacer de diverses punitions.Le phénomène de l’intimidation des enfants d’âge scolaire existe depuis longtemps. Cependant, ces dernières années, elle s’est développée et intensifiée en raison de plusieurs facteurs, même si nous savons qu’elle est en grande partie due à l’accessibilité des nouvelles technologies qui encouragent une attitude plus anonyme et plus détachée. On ne sait jamais exactement quelles peuvent être les conséquences d’un acte d’intimidation sur un enfant. Parfois, les enfants trouvent un moyen de surmonter le traumatisme, tandis que d’autres sont touchés à un tel point que leur stabilité émotionnelle est compromise ; dans d’autres cas, l’effondrement est si profond qu’il a des conséquences néfastes. C’est pourquoi il est important de prêter attention aux signes indiquant que le harcèlement existe dans sa phase scolaire. Nous allons voir 5 d’entre eux cinq ci-dessous.

Il tombe malade sans explication

Lorsqu’un enfant est victime d’intimidation, il est fréquent qu’il commence à présenter des symptômes physiques. D’une manière générale, il s’agit de problèmes non définis. Les plus fréquents sont les maux de tête, les nausées, les vertiges, les tics et autres troubles similaires. Il est également très fréquent qu’il perde l’appétit ou que ses habitudes alimentaires ne changent complètement . La situation est déjà critique au moment où il devient exigeant avec la nourriture et parfois il peut même refuser de manger quelque chose qu’il aimait auparavant. De même, ce traumatisme se répercute directement sur son sommeil, il devient difficile pour lui de s’endormir ou encore de maintenir le sommeil.

Il devient introverti et irritable

Les changements de comportement d’un enfant victime d’intimidation sont bien connus. Souvent, le jeune commence à entrer dans un état d’introversion. Parfois, il se peut qu’il soit quelque peu pensif, silencieux et triste. Cependant, quand on lui demande ce qui ne va pas, il vous répond qu’il va bien et que ce n’est rien. De plus, il sera très probablement irritable, intolérant et souvent de mauvaise humeur. Il montre des expressions d’agressivité passive, comme ne pas répondre lorsque quelqu’un lui parle ou encore de bouder. Les problèmes qu’il a à cause de ses intimidateurs changent sa façon de penser, par la suite, il commence à douter de sa sécurité. L’enfant ne veut passer du temps avec personne ni même de jouer avec ses amis, alors qu’il se sent tout le temps ennuyé ou perturbé.

Ses résultats scolaires diminuent

Il est très fréquent que le problème de l’intimidation se reflète dans les résultats scolaires. La chose la plus courante est que l’enfant devient un peu distrait. Il oublie de faire ses devoirs, interprète mal les instructions ou fait simplement preuve d’apathie. Il est absent et s’engage peu dans ses fonctions. Il est distrait et pour cette raison, il prétend parfois ne pas comprendre les explications données en classe. Il est également fréquent qu’il ait beaucoup de mal à se lever pour aller à l’école et il essaie de s’absenter très souvent, en utilisant divers prétextes.

Il commence à s’isoler

Quand un enfant est maltraité, il a tendance à s’isoler. Il ne souhaite plus s’engager dans des activités extrascolaires et se renferme sur lui-même à cause de la peur. Il passe beaucoup plus de temps à la maison et ne montre aucun enthousiasme à l’idée d’être réuni avec ses camarades de classe. Il respecte strictement les horaires scolaires et ne reste même pas une minute de plus après avoir quitté l’école.

Au fil des jours, même ses amis cessent de le chercher. Ils ne l’appellent plus et ne s’intéressent plus à son entreprise. Il est possible qu’il s’attache à des activités solitaires, comme les jeux vidéo, ou qu’il passe beaucoup de temps sur l’ordinateur, avec une attitude « errante », c’est-à-dire d’une page web à l’autre, sans logique apparente.

Il porte des marques inexpliquées sur son corps

Il est fréquent qu’un enfant victime d’intimidation rentre à la maison en portant parfois des traces d’agression sur le corps. Parfois, il s’agit de bleus, d’éraflures ou de blessures de ce genre. Cependant, un enfant victime de harcèlement n’est pas toujours victime de brimades. Parfois, ils sont simplement taquinés ou harcelés, par exemple pour leur enlever leur collation ou pour se moquer d’eux.

Il est normal que lorsqu’un enfant est victime d’intimidation, il a peur et refuse donc de parler de ce qui se passe. Il peut même être agressif si la personne insiste pour lui poser des questions sur ce qui se passe à l’école. Toutefois, aux moindres soupçons comme quoi, l’enfant serait victime de harcèlement, il ne faut surtout pas le laisser s’écarter, au contraire, insister en restant bien calme pour qu’il ne ressente aucune pression, 

Si l’enfant ne dit rien, peut-être n’a-t-il pas assez confiance en ses parents vis-à-vis de leur capacité à gérer la situation. Peut-être a-t-il peur qu’il se fasse gronder ou que ses parents ne parlent du problème avec l’école, ce qui aggraverait la situation. La première chose à faire est donc d’essayer d’augmenter sa confiance, puis de lui montrer que ses proches sont en vérité ses meilleurs alliés et peuvent être d’une grande aide pour lui et que tout va changer après avoir parlé à quelqu’un .