Comment la famille peut-elle aider dans la lutte contre les TOC ?

Les troubles peuvent affecter – et de façon très importante – la routine familiale. Découvrez comment vous pouvez aider. Vivre avec des personnes atteintes de TOC (trouble obsessionnel-compulsif) demande beaucoup de patience, mais la participation de la famille au processus de traitement est extrêmement importante. Dans de nombreux cas, le patient peut avoir des comportements compulsifs qui ont un impact direct sur la routine familiale – comme prendre plusieurs bains par jour, passer des heures à nettoyer une certaine pièce, ou même exiger des résidents qu’ils respectent leurs normes de propreté. Le rôle des membres de la famille est essentiel pour apprendre à mieux faire face à la maladie, rendre la relation moins conflictuelle et aider la personne souffrant de TOC à réussir son traitement, car certaines attitudes peuvent aider ou renforcer davantage le trouble. 

Encourager la personne à se faire soigner

La première étape consiste à vous encourager à demander l’aide d’un expert et à suivre correctement les conseils médicaux. Le traitement peut se faire avec un suivi psychologique (par le biais d’une thérapie cognitivo-comportementale) et, dans certains cas, peut également nécessiter des soins psychiatriques et l’utilisation de médicaments. Accompagner la personne lors des premiers rendez-vous pour être mieux informé sur le trouble et le traitement, afin qu’il soit possible de mieux comprendre les déclencheurs. Fique Atento. En période de pandémie du nouveau coronavirus, les personnes qui en souffrent peuvent voir leur état psychique aggravé en raison de l’isolement social. Le coronavirus peut renforcer ce comportement en étant un stimulus externe qui alimente l’instabilité du malade. Selon l’état du patient, le trouble peut s’aggraver s’il existe déjà une tendance compulsive et exagérée à se laver les mains ou un nettoyage excessif.

Ne soyez pas hostile et impoli

Certaines personnes souffrant de TOC créent des rituels pour faire face à leurs obsessions et exigent des membres de leur famille qu’ils suivent ces rituels (par exemple, en nettoyant leurs chaussures plusieurs fois à leur arrivée à la maison). Cela peut conduire à de nombreux conflits. Aussi difficile que cela puisse paraître au premier abord, soyez patient et évitez d’offenser ou de critiquer le patient, qui a souvent une faible estime de soi et honte de son état. Évitez de porter des jugements et apprenez à faire face aux TOC avec le patient. Aussi, ne plaisantez pas à ce sujet. Voir aussi : Tics, syndrome de la Tourette et TOC. Quelle est la différence ? Éviter de suivre les rituels. Avoir une posture accueillante est fondamental, mais cela ne signifie pas que vous devez collaborer aux rituels créés par la personne. Faire en sorte que tout le monde dans la maison s’adapte à cette obsession est néfaste pour le patient et la famille.

Reconnaître les petites avancées

Le traitement des TOC peut être assez épuisant pour le patient. Il faut donc surmonter ensemble les craintes et les angoisses. Montrez votre soutien, renforcez le fait que la personne n’est pas seule, et reconnaissez quand vous remarquez des améliorations dans la vie quotidienne pour vous encourager à poursuivre le traitement et à améliorer votre estime de soi. Si nécessaire, obtenez également de l’aide pour vous.De nombreux parents ont également besoin d’un soutien psychologique pour faire face à la situation, surtout lorsqu’ils ne peuvent pas s’imposer et commencent à collaborer à des rituels obsessionnels. Leur santé mentale est également très importante. Si vous avez des difficultés, demandez de l’aide.